Traitons ici bien évidemment des matériaux utilisés par l’impression 3D et plus spécifiquement par la technologie de dépôt de fil ou FDM ou FFF.

Ces quelques éléments vous guideront dans vos de matériaux lors de la création de votre projet. Les données techniques sont directement issues de nos usages professionnels.

1. Qu’est ce que l’ASA filament 3D ?

L’ASA ou Acrylonitrile Styrène Acrylate est le cousin de l’ABS. C’est un élastomère acrylique contrairement à l’ABS qui est un élastomère de Butadiène.

L’ASA filament 3D a d’abord été créé en 1970 par le fabricant BASF sous le nom commercial Luran S. 

Il est amélioré par rapport à l’ABS sur son optimisation mécanique, son rendu moins strié et plus esthétique et surtout sa résistance aux UV. Cette dernière particularité en fait un matériau plus adapté aux usages extérieurs.

Comme son cousin il est recommandé de l’imprimer sous enceinte close pour éviter les effets de warping impression 3D. En effet il supporte mal les changements de température ou autre courant d’air. Il reste peu couteux, mais un peu plus cher que l’ABS malgré tout.  

Il n’est encore disponible à ce jour que dans peu de coloris (une dizaine) mais le développement de l’ASA filament 3D va s’accroitre grâce à l’actuelle production de pièces en impression 3D.

2. Pourquoi utiliser l’ASA ?

Comme nous l’avons évoqué l’ASA filament 3D est particulièrement adapté aux pièces destinées à un usage extérieur. Il est moins susceptible de jaunir avec le temps que l’ABS. Il offre une résistance non seulement aux ultraviolets, mais également  aux intempéries, à l’eau ,la chaleur et au soleil. Chez NES nous l’avons adopté pour les créations d’enseignes publicitaires.

C’est un matériau souvent moins connu que son cousin, mais qui néanmoins gagne de plus en plus de terrain. En fabrication traditionnelle il est déjà utilisé pour de nombreux produits de notre vie quotidienne  comme pour des pièces de toiture , des boitiers électriques ou des pièces automobiles par exemple. En ASA filament 3D pour l’usage de la fabrication additive il a très probablement de beau jour devant lui. 

Certain comme Stratasys le présente même « comme l’ABS, mais en mieux ! »

3. Comment utiliser l’ASA ?

Quelques caractéristiques techniques:

  • Température d’impression = 230 à 240°C
  • Température du plateau chauffant = 80 à 90°C
  • Rétractation = très forte
  • solution d’adhérence : dimafix (possible lissage acétone) 

Il se conserve nécessairement au sec comme l’ABS 

Attention il est impératif de l’imprimer en enceinte close et ventilée. La première raison est sanitaire puisque ses émanations peuvent être dangereuses. Et n’oubliez pas les équipements individuels !

La seconde raison pour l’imprimer « sous cloche » c’est qu’il est sujet au décollement impression 3D

4. Le Post traitement de l’ASA

L’ASA filament 3D offre lui aussi des solutions de post traitement très satisfaisantes. La pièce imprimée sera déjà plus esthétique que pour l’ABS ou le PLA par exemple. En réalité l’amélioration esthétique est plutôt subjective. Dans les faits le résultat d’impression sera plus mat et cela mettra moins en évidence les petits défauts. Mais si vous voulez un lissage  parfait, le passage sous vapeur d’acétone en station de lissage chimique sera très adapté.

Pour une finition parfaite et notamment lorsque vous voulez créer une enseigne publicitaire, vous allez devoir peindre vos impressions. Aussi simple qu’avec l’ABS, il faut juste penser également à poser un primer d’accroche pour un meilleur rendu et une vraie durabilité voire un vernis ensuite. 

N’hésitez pas à partager vos retour d’expérience ou vous question concernant l’ASA