Quand l’impression 3D sauve un arrêt de production sur une chaine automobile

Pièce de test résine

Écrit par Audrey Fontaine

19 avril 2022

La situation sanitaire puis géopolitique de ces dernières années a permis la prise de conscience actuelle de nos potentielles difficultés de production. Après avoir délocalisé de nombreuses années durant souvent pour des raisons économiques, les fragilités de nos sociétés poussent ce sytème à une profonde remise en question. Les constructeurs automobiles sont particulièrement touchés par cette problématique.

C’est ainsi qu’un problème d’approvisionnement d’une seule pièce a purement et simplement conduit l’usine de Monsieur T. Constructeur automobile européen à l’arrêt de sa production. C’est en cherchant d’urgence une solution alternative que nous avons rencontré Monsieur T. ou plutôt son équipe au bureau d’étude, transformant ce qui paraissait initialement comme un dépannage en véritable Success Story pour NES 3D.

En 2022 chez NES 3D, l’impression 3D comme outil de production

C’est en réalité via l’un de nos clients anglais pour lequel nous produisons régulièrement des séries de pièces ABS imprimées en 3D que le problème d’approvisionnement a émergé. C’est à lui que le constructeur automobile a demandé de l’aide. Le défi était de fabriquer 50K de pièces plastiques de petites tailles pour éviter deux semaines de mise à l’arrêt de la production.

Alors évidemment tout le monde de l’industrie et au delà connait maintenant l’impression 3D et plus seulement d’ailleurs en technologie à dépôt de fil. En effet la quasi totalité des bureaux d’études de l’industrie automobile en est équipée. Mais son usage reste limité au prototype rapide ou éventuellement au petit outillage également appelé outillage rapide pour les ateliers de production.

Chez Nes 3d , nous avons fait le choix de la 3D comme outils de production. Notre usine de fabrication de pièces plastiques est doté d’un parc d’environ 150 imprimantes connectées en réseau. C’est d’ailleurs ce modèle de duplication qui a permis d’imprimer jusqu’à 35K pièces par jour en période covid.

Nous avons désormais une capacité d’impression de 108K heures par mois, et c’est grâce à cela que nous avons pu répondre au besoin du constructeur automobile.

Il a suffi de quelques échanges de données numériques avec le bureau d’étude de monsieur T. et quelques vérifications notamment sur la qualification de matière pour signer une entente on ne peut plus vertueuse et profitable pour les deux parties.

Pensons désormais Relocalisation

Dans cette histoire NES 3D c’est ainsi substituée à une production asiatique retardée suite à un problème logistique . La production de cette petite pièce plastique, de très faible valeur ajoutée, a été initiée en quelques jours seulement. Cette production a été réalisée en impression Résine intégralement. Et tout cela avec un maximum d’agilité car nul besoin de moulage en impression 3d.

Sans parler de l’impact environnemental d’une production locale qui est de plus en plus prégnant dans nos sociétés, cette possibilité désormais offerte par l’atelier de fabrication additive normand répond au besoin de réactivité de notre société de consommation contemporaine et tout cela à moindre risque puisque tout est toujours modifiable sur l’impression suivante.

Par ailleurs notre expérience covid nous a également permis ces dernières années de mettre en place une plateforme logistique en interne pour répondre au mieux à l’urgence d’approvisionnement. Nous avons ainsi répondu au client dans le temps imparti.

L’avantage d’une production locale c’est également de pouvoir expédier à la demande, plus besoin de faire le plein du contenaire qui traversera sur les mers la moitié de la planète avant de reprendre la route vers l’usine d’assemblage.

Le parc de NES 3D est amené à poursuivre sa croissance dès le milieu de cette année par l’acquisition de nouvelles machines qui prendront place dans le futur immeuble en cours d’acquisition. Nous voulons construire l’un des plus grands parcs d’imprimantes 3D français destiné à la production industrielle.
Les technologies d’impression 3D prouveront ainsi leur potentiel industriel dans la production de pièces.

Ceci peut aussi vous intéresser

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.