L’importance du remplissage impression 3D

Janssen Pillebout

7 juin 2022

Pièce de test résine

Le remplissage ou Infill en anglais c’est la partie intérieure non visible de votre pièce. Et ça n’est pas parce qu’on ne le voit pas qu’il n’est pas important. En effet en faisant le choix du type de remplissage et son pourcentage vous influerez sur la durée et le coût d’impression ainsi que sur la résistance de votre pièce. Comme nous l’avons vu précédemment dans l’article « Qu’est-ce qu’un logiciel de tranchage 3D (ou Slicer) ? . » C’est lors de l’étape de configuration des paramètres du Slicer que vous allez déterminer ce remplissage.

 

1. Les différents types de remplissage de pièce

Comme vous le savez peut être il existe plusieurs types d’Infill, qui sont autant de dessins différents. On s’accorde à les scinder en 4 catégories :

les remplissages simples : Ils regroupes les formes simples tel que les lignes et le format zigzag. Ce sont des modèles de remplissage très rapides à imprimer, peu couteux en matériaux mais cependant très fragiles. Ils sont particulièrement adaptés pour vos figurines ou objets décoratifs. Le remplissage n’apportera alors aucune résistance à votre pièce.

les remplissages dits « standards » : ce sont les formats les plus communément utilisées et d’ailleurs vous les retrouverez le plus souvent dans les paramètres par défaut des logiciels de tranchage. Par exemple il y a la Grille (qui porte parfaitement son nom) mais aussi le Triangle (qui est un maillage de triangles tout simplement) ou encore le trihexagonal (en nid d’abeille). La résistance de ces types de remplissage est moyenne. Ils offrent un bon rapport entre la consommation de matière et la résistance. Cependant nous vous déconseillons de les utiliser pour des pièces mécaniques.

les remplissages techniques : C’est cette catégorie de dessin de remplissage qui sera utilisée pour les assemblages et pièces fonctionnelles. Vous trouverez des fonctionnalités techniques pour lutter tantôt contre le cisaillement tantôt pour assurer une résistance équivalente sur chacun des cotés etc.. mais c’est avec cette catégorie de remplissage que vous augmenterez nettement la résistance de votre pièce. Il y a le Cubique (qui est un empilement de cubes inclinés), la subdivision cubique (variation du cubique mais moins gourmand en matériau), l’Octaédrique (pyramides), quart cubique (proche de l’octaédrique), ou encore le gyroïde (motifs en vague).

les remplissages flexibles : cette catégorie est réservée aux impressions flexibles. Ces remplissages imprimés avec des filaments flexibles apporte de la souplesse intérieur à votre pièce, ici il n’est pas question de renforcer la résistance d’une pièce mais bien d’accompagner ses torsions. On y retrouve les modèles concentrique (ondes concentriques à l’intérieur de la pièce), entrecroisé (répétition de croix), entrecroisé 3D (variation de la dernière).
Cette liste est non exhaustive, il existe encore bien d’autres types de remplissage impression 3D qui tous appartiennent à l’une de ces catégories.

2. Choisir le bon taux de remplissage

Savoir quelle forme de remplissage choisir en fonction de la destination de la pièce c’est une chose. Il va maintenant falloir définir quelle quantité de remplissage sera nécessaire à votre projet. Pour rappel le taux de 0 % est l’absence de remplissage alors que 100% est le plein.
Tout dépendra de quel type de remplissage vous avez choisi initialement. Il existe en effet des fourchettes repères simples par forme de remplissage impression 3d.

Ensuite définir la fourchette basse ou haute dépendra de votre projet : plus ou moins de poids, de résistance ou de flexibilité.

Pour la catégorie de remplissages simples vous aurez un taux bas, en effet ces formes étants adaptés à des objets décoratifs nul besoin de remplir votre pièce. Sauf si vous voulez un objet lourd. 

Pour les remplissages standards, les taux se trouvent souvent entre 10 et 50 %. Avoir un remplissage plus important n’apportera aucune fonction supplémentaire.

Les remplissages techniques sont le plus souvent imprimés à 50%. La fonction d’augmentation de la résistance est suffisante à ce taux, nul besoin le plus souvent d’utiliser plus de matière.

La dernière catégorie concernant les flexibles est vraiment entièrement dépendante des paramètres de torsions de votre projet. C’est vous même qui devrez définir entre 0 et 100 quel est le meilleur taux pour votre pièce.

Au type de remplissage et à sa densité vous pouvez également ajouter une variante de direction des lignes de remplissage. En effet il peut parfois être intéressant d’orienter le remplissage à un angle différent pour assurer une résistance ou une flexibilité optimale à votre pièce.

3. Adopter le remplissage progressif

Il vous reste maintenant une possibilité de modification de votre pièce par le remplissage : la gradualité .

Vous pouvez à présent donc décider de remplir plus par endroit pour apporter du renfort ou encore de baisser le taux de remplissage uniquement à des endroits non essentiels. En effet la résistance mécanique de la pièce ne nécessitera pas toujours d’augmenter son taux de remplissage de façon uniforme, c’est alors à ce moment que vous pourrez choisir de modifier ce paramètre. Ce paramétrage slicer offre lui-même 2 choix : soit vous modifier le Gradient Infill qui agit sur l’axe X/Y; soit le graduel infill qui apportera des modifications sur l’axe Z. 

Si vous êtes néophyte, il y a de fortes chances que ces fonctionnalités vous semblent complexes, mais vous vous apercevrez à l’usage qu’elles sont relativement accessibles. 

Maintenant que vous avez modélisé votre pièce, puis élaboré le parcours d’impression jusque dans les détails du remplissage impression 3D vous allez devoir vous assurer que votre imprimante est parfaitement réglée.

N’hésitez pas à partager vos retours d’expérience ou vous question concernant les taux de remplissage.

Janssen Pillebout

Janssen Pillebout

Responsable des systèmes d'information

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.